Sur la méditation : la vision bouddhiste

Sur la méditation bouddhiste – Sogyal Rimpoche
(traduction personnelle)
Bouddha s’asseyait sur le sol dans une posture de dignité sereine et humble, le ciel au-dessus de la tête et autour de lui, montrant ainsi qu’en méditant vous vous asseyez avec une attitude mentale ouverte jusqu’aux confins du ciel, tout en restant présent, ancré et sur Terre. Le ciel est notre nature absolue qui ne connaît pas de limites ni de barrières et le sol est notre réalité, notre nature relative, de tous les jours.
La posture que nous choississons quand nous méditons signifie : relier nos natures absolue et relative, le ciel et le sol, les cieux et la Terre, comme si c’était les deux ailes d’un même oiseau, en intégrant la nature céleste de l’esprit immortel  et la nature terrestre de notre être mortel, relatif et transitoire.

Livre tibétain de la vie et de la mort, chapitre 5.

Buddha sat in serene and humble dignity on the ground, with the sky above him and around him, as if to show us that in meditation you sit with open, skylike attitude of mind, yet remain present, earthed, and grounded. The sky is our absolute nature, which has no barriers and is boundless, and the ground is our reality, our relative, ordinary condition.

The posture we take when we meditate signifies that we are linking absolute and relative, sky and ground, heaven and earth, like two wings of a bird, integrating the skylike deathless nature of mind and the ground of our transient, mortal nature.
—Tibetan Book of Living and Dying, chapter 5

Photo : Buddha sat in serene and humble dignity on the ground, with the sky above him and around him, as if to show us that in meditation you sit with open, skylike attitude of mind, yet remain present, earthed, and grounded. The sky is our absolute nature, which has no barriers and is boundless, and the ground is our reality, our relative, ordinary condition. The posture we take when we meditate signifies that we are linking absolute and relative, sky and ground, heaven and earth, like two wings of a bird, integrating the skylike deathless nature of mind and the ground of our transient, mortal nature. —Tibetan Book of Living and Dying, chapter 5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s