100 jours

Il y a exactement 100 jours je commençais un voyage avec un petit groupe de personnes… un voyage qui allait me confronter à moi-même. Le défi : choisir une activité créatrice que je devrais poursuivre, chaque jour. J’ai donc choisi la guitare, instrument que je maîtrise mal faute d’avoir suivi des cours, et que je bricole suffisamment depuis plus de 20 ans pour en tirer des sons acceptables.

Premier constat : pas évident de vraiment prendre un quart d’heure par jour pour cette activité. Mes journées sont trop variables et un horaire précis ne me convient pas. J’opte pour que ce soit le soir. Parfois c’est tard, alors je suis tentée de lâcher, de ne pas le faire. Surprise, je reviens, je reprends, plus longtemps. Je vois l’apprentissage comme un travail, voilà qui nourrit mes résistances. Une barrière virtuelle, qui siège dans ma perception interne. Il m’a fallu la contourner. Comment ? En ayant du fun, de la joie, du plaisir à jouer. Chose qui arrive quand j’improvise, même mal.

Alors le marché est conclu : pour avancer, la technique, pour jouer, le fun. Éviter les remontrances quand j’évite, je suis absente, je n’ai pas pris le temps de jouer. Couper l’herbe sous le pied au père fouettard intérieur.

Alterner, trouver d’abord les méthodes, trop peu interactives, puis ce qui me convient : une vidéo en ligne. Chercher des morceaux que j’aime, progresser un peu chaque jour. Avec le temps j’apprends à goûter à l’effort et au plaisir mélangés. C’est nouveau, c’est important de le découvrir. J’avais si bien séparé les deux !

J’apprends aussi mes progrès, mes forces (je persévère et j’écoute aussi plus de musique), mes faiblesses (pas tous les jours). Je reprends contact avec la créativité, le chant, le mouvement autour de la musique. Une passion un peu endormie se réveille. Et l’envie de créer avec elle. L’aquarelle est arrivée aussi dans le tableau…  je renoue avec mon pouvoir créateur, le positif, la lumière intérieure.

Entrer en contact avec mon pouvoir de création, c’est un cadeau que je me fais maintenant tous les jours, d’une façon ou d’une autre. Méditer et observer, entrer en contact avec la beauté et laisser couler celle qui vient de l’intérieur. Souffler doucement sur l’étincelle, c’est prendre le risque de briller.

Merci à Yan Muckle d’avoir si bien soutenu et inspiré notre parcours d’aventuriers de 100 jours partagés, c’était une belle traversée dont j’ai l’intuition qu’elle ne fait que commencer…

Un commentaire sur « 100 jours »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s