Sens de vie – toucher à la présence intérieure

Loin du fracas de la ville, à l’intérieur, vit une présence.

Subtile, discrète, évanescente.

Effrayée par le tumulte des pensées qui vont et viennent telles des autos pressées sur la voie rapide, elle disparaît.

Dans le calme d’un temps d’arrêt, elle réapparaît.

Conscience, fugace, qui s’imprime et s’envole. Qui observe et ne dit mot.

Elle voit passer les croyances, les pensées, la rumeur, la rumination, les émotions qui vont et viennent pendant qu’elle reste là, témoin immobile, phare dans la nuit qui parfois s’invite là.

Parfois, elle semble cogner aux murs de mon esprit bloqué, comme pour m’éveiller, me dire : hé, je suis là, je suis la sérénité que tu cherches, le calme dans la tempête, le témoin impartial.

Mais prise dans mes habitudes, je ne l’écoute pas.

Les temps changent. La nuit tourne au fil de l’éveil, les monstres sous le lit rampent jusqu’à moi et je l’appelle. Elle vient. Me regarde avec douceur. J’ai envie de me blottir dans ses bras. Quels bras ? Ah. C’est vrai. J’ai des bras. Pour ouvrir, pour donner, pour entourer.

Elle est déjà là, à l’intérieur… j’ai ouvert les bras, reste à ouvrir le cœur pour lui laisser la place. Humblement. Et du temps pour l’entendre. Conscience. Joie. Douceur.

La Vie !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s