Alors même que Peter Capaldi laisse la place à Jodie Whittaker – première femme à jouer le rôle, ce qui ne va pas sans quelques remous dans le fandom – je vais faire ici quelques liens entre  la série britannique Docteur Who et les deuils et transformations que tout un chacun peut vivre dans sa vie.

Qui, mieux que le Docteur, personnage qui meurt et se régénère au fil des scénarios et interprètes, pourrait représenter la réincarnation dans la fiction contemporaine ? Alors même que tous les fans de la série vivent un deuil à chaque fois que leur personnage favori disparait pour faire place à… lui-même, nous traversons de la même manière des changements et des passages.

Quand le Docteur se régénère, c’est un processus difficile, parfois même douloureux. Sa dernière incarnation refuse de changer, de mourir, pour laisser la place à l’inconnu. Car même s’il conserve la mémoire de ses autres vies, une partie de sa personnalité va disparaître avec son corps. Une façon spécifique et unique d’appréhender le monde va disparaître avec lui. De le voir lutter et résister à sa régénération pourtant inévitable, m’inspire. Je vois là mes luttes contre un changement pourtant voulu et espéré. Les résistances qui m’habitent parfois malgré moi, parce que j’ai peur, comme il a peur, de ce qui va se passer ensuite. Qui vais-je devenir ? Vais-je me reconnaître encore ? Oui c’est pour du mieux, mais rien n’est garanti… le mental embarque et brouille les cartes en libérant la peur.

Vais-je devenir une inconnue pour moi-même, pour les autres ? De quelle manière cela va-t-il avoir un impact sur mon entourage ? Suis-je encore attachée au regard de l’autre au point de peser sur mes propres besoins de changement ? Ai-je peur de cette force nouvelle qui pourrait m’habiter, des responsabilités ou, pire, de la légèreté qu’elle pourrait engendrer ?

Si je change pour aller vers mes valeurs, vivre pleinement, créer, rêver, jouer… Si je décide d’ouvrir mon cœur et de vivre mes émotions, qu’ai-je à craindre ? Le jugement d’autrui ? Si je décide de vivre chaque instant comme si c’était le dernier, de magnifier la beauté de la vie, d’être présente à ce qui m’entoure comme à ce qui m’habite, d’être tout simplement vivante ?

Ici ?

Maintenant ?

Oui, parfois j’ai l’envie de rentrer dans ma coquille et de dire : « pas aujourd’hui ». C’est parfait aussi. J’ai le droit d’être lâche, paresseuse, renfrognée, en colère aussi. Pas trop longtemps. Assez pour voir que cela fait aussi partie de moi. Connaître ma part d’ombre pour éviter qu’elle ne soit refoulée au point de surgir n’importe comment. L’accepter telle qu’elle est, reconnaître les forces qu’elle me donne aussi. Si je me traite avec douceur j’aurai bien plus de chances de faire de même avec les autres.

Chaque Docteur laisse un héritage à son incarnation suivante et beaucoup de traces dans le cœur de ceux qui l’ont accompagné dans ses aventures.

Que reste-t-il de nous après notre passage sur Terre ? Peu de choses sinon la trace intense et lumineuse qu’on laisse au cœur de ceux qu’on a rencontrés, aimés et parfois aidés dans la vie. L’amour est ce qui reste de plus profond, ce qu’on a donné et qui gentiment a fait son nid dans le cœur d’autrui. C’est notre part d’immortalité humaine.

Un cercle vertueux où l’amour reçu se transmet sans fin, tel un fil d’Ariane lumineux et tendre. De ceux qui m’ont touchée à ceux que j’ai pu toucher…  même un peu. Tous, je vous remercie pour ce cadeau magnifique.

Et vous, êtes vous capable de retracer ces fils qui vous relient à ceux qui sont partis, qui vous inspirent et de voir qui vous avez pu toucher à votre tour dans votre vie ?

Un commentaire sur « Quelques réflexions sur la vie et Doctor Who »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s