Éric Barker, rédacteur du blog Barking up the wrong tree (littéralement, aboyer au pied du mauvais arbre – en fait : être sur la mauvaise piste) parle de psychologie positive et décortique les concepts les plus intéressants sur le sujet depuis 8 ans.

Dans son dernier post, il témoigne de l’aspect culturel de l’émotion humaine. Certains peuples n’ont pas de mot pour la tristesse ou la dépression.. et ce n’est pas qu’une affaire de vocabulaire. L’émotion leur est inconnue.

L’article steps to be emotionally intelligent proved by research explique la recherche à la source de ce fascinant constat et résume brièvement ce qu’on peut faire au quotidien pour utiliser ces informations et développer son intelligence émotionnelle. Car oui, cela se développe, comme on peut apprendre la musique, reconnaître des sons inhabituels… ou des nuances de couleurs qu’on ne peut pas distinguer sans entraînement. Je copie ci dessous son résumé.

  • Emotions are concepts: They’re not hardwired or universal. They’re learned.
  • Emotional intelligence starts with emotional granularity: If your doctor came back with a diagnosis of “you’re sick”, you’d sue the quack for malpractice. Doctors need to be able to distinguish between “chancre” and “cancer.” And you need to know the difference between “sad” and “lonely.”
  • Emotional intelligence is in the dictionary: You can’t feel Fremdschämen if you don’t know what it is. So learn new emotion words so you can feel new emotions and increase your emotional granularity.
  • Create new emotions: We could all use a little more “passion-o-rama” in our lives. Name those unnamed feelings you have and share them with others to make them real.

Traduction (par mes soins)

  • Les émotions sont des concepts, elles ne sont ni intégrées dans notre être dès la naissance ni universelles, nous les apprenons.
  • L’intelligence émotionnelle commence avec la granularité émotionnelle : si votre docteur vous dit : vous êtes malade, vous allez le poursuivre pour mauvais exercice de la médecine. Les médecins doivent être capables de faire la distinction entre un chancre et un cancer. Et vous devez apprendre à faire la différence entre triste et solitaire.
  • L’intelligence émotionnelle est dans le dictionnaire. Vous ne pouvez pas ressentir Fremdschämen si vous ne savez pas ce que c’est. Apprendre de nouveaux mots pour ressentir de nouvelles émotions améliore votre granularité.
  • Créer de nouvelles émotions : nous pouvons tous user d’un peu plus de passion-o-scope dans nos vies. Donnez des noms à ces sentiments qui vous habitent et n’en ont pas et partagez les avec les autres pour les rendre réels.

Et depuis la sortie de Son livre, Eric Barker a inventé un nouveau mot : gratitudinous. Un mélange de gratitude d’étonnement d’avoir reçu énormément d’aide et de feedback positif pour la vente et la promotion de son livre.

Je crois pour ma part que ce qu’il a donné lui est revenu..  la générosité 🙂

Avez-vous envie d’inventer un mot pour quelqu’un, pour une situation qui vous touche et que vous voulez partager ?

Certaines personnes dans ma vie me font sentir lumineusement bien, comme si elles m’éclairaient de l’intérieur quand elles me parlent ou me regardent.. mais je ne vous dirai pas qui…

Et vous ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s