Suite aux réflexions entamées dans le billet précédent, je commence une série sur les valeurs personnelles. Faire l’exercice de les définir, de leur donner un sens et voir aussi leur application pratique dans le quotidien. Je constate au passage qu’il est plus facile pour moi de les définir dans les rapports aux autres que dans la relation avec soi-même.

L’intégrité est une valeur forte pour moi. C’est une forme de respect de l’autre. C’est considérer tous les éléments d’une situation avant d’agir selon mes valeurs et les règles sociales applicables.

Pour le petit Larousse, l’intégrité c’est « l’État de quelque chose qui a toutes ses parties, qui n’a subi aucune diminution, aucun retranchement » « Est intègre ce qui ne peut être corrompu, ce qui garde sa forme, son essence. »

L’intégrité est donc l’essence même de ce qu’on est.  L’appliquer à soi reviendrait donc à respecter ses limites personnelles et ses besoins dans une situation donnée, tout en prenant en considération le contexte, les personnes et les faits.

Dans le tarot amérindien de Jamie Sams et David Carsons Medecine Cards, le Jaguar est le symbole de l’intégrité, de l’impeccabilité. Ce qui me ramène aussi, dans les Quatre Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz, au tout premier : que votre parole soit impeccable. (Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui.)

À partir de toutes ces sources je peux imaginer une nouvelle définition plus personnelle : l’intégrité serait donc d’être en accord avec toutes mes parties, d’être congruente avec mes valeurs autant dans la relation à soi-même que dans celle entretenue avec les autres.

Pratiquement : maintenir la cohérence entre ce que je dis et ce que je fais. Simple ?

Oui, si c’est associé à la pleine conscience. Car pour savoir si j’atteins cet objectif, je peux me fier à ce que les autres me disent ET à mes propres perceptions dans le moment présent. C’est cette vigilance saine qui pourra alors orienter les actions que je pose et leur cohérence – et reconnaître aussi quand ce n’est pas le cas !

Garder à l’esprit aussi que cette valeur là, toute de droiture, se doit d’être tempérée par une autre, que je tenterai de définir dans un prochain billet : la gentillesse – compassion.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s