Parfois la vie brasse et secoue. Sortir dans la tempête, la nuit, en plein vent, avec un imperméable trop mince. Se sentir bousculée par les rafales et cinglée par la pluie battante. Plisser les yeux, mettre la main en visière, tenter de voir à travers le rideau d’eau qui tombe du ciel semble bien difficile.

Comment garder le cap, en ces temps troublés ?

Retrouver le compas intérieur. Quand les éléments sont contre nous, il est vain de lutter. C’est pourtant, souvent, le premier réflexe. Résister. Lutter. Forcer les choses. Pousser dans une direction jusqu’à s’épuiser.

Ce qui donne la direction, c’est l’énergie. Suis-je fatiguée positivement après avoir autant poussé ? Pour un projet, une idée, un travail.. ? Si la réponse est négative, c’est qu’il est temps de faire le point. De s’arrêter. De voir si l’on est toujours bon avec soi-même. Bonté pour ces erreurs, ces manques qui font de nous les humains que nous sommes. Compassion. Car si je ne tolère pas mes erreurs, j’aurai du mal à les reconnaître et donc à les corriger au besoin, ou à changer ma façon de faire pour me sentir mieux, plus efficace, plus tolérante aussi.

Prendre soin de soi et de ses besoins ce n’est pas du luxe ni de l’égoïsme. C’est sain. Car si je suis épuisée, comment pourrai-je donner à mon entourage, être disponible, à l’écoute ?

La voie à suivre pour passer à travers les orages de notre vie, c’est celle du coeur, de la connexion à nos valeurs, et de l’incarnation de ces valeurs dans l’action quotidienne. Si je crois en la bienveillance, comment pourrai-je encore juger mes voisins, crier après mes enfants ?

Sakyong Mipham, dans le principe Shambhala, évoque la vision bouddhiste de l’éveil par la simplicité. (p.120)

Se réveiller c’est ressentir ce qui est toujours présent dans notre coeur et rester éveillé, c’est incarner cela tout au long de la journée. Si la connexion est interrompue, notre activité sera à la merci des émotions qui rôdent et la vie deviendra compliquée. Chaque moment recèle sa propre énergie. Soit nous la chevauchons, soit c’est elle qui nous dirige.

Un petit exercice

Prenez un carnet et notez tous les matins la valeur que vous voulez incarner dans la journée. Faites de votre mieux pour l’appliquer concrètement dans les petits gestes du quotidien. Ceux que vous posez envers vous-même autant que ceux que vous posez pour les autres. Notez le résultat le soir.

Qu’avez-vous remarqué ?

Photo by Steve Halama on Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s