Un peu d’histoire de la méditation pleine conscience…

Nous sommes dans les années 60. Le Dr Jon Kabat Zinn, médecin américain, apprend la méditation zen, puis bouddhiste, aux USA. Il commence à adapter ses techniques pour l’Occident et désacralise la méditation pour la rendre accessible au plus grand nombre. Son but est aussi de convaincre la communauté scientifique des bienfaits de pratiques millénaires sur la santé. Pour cela, il décide de créer en 1979 la clinique de réduction du stress à l’Université du Massachusetts. Il développe un programme qui combine pleine conscience (mindfulness en anglais) et yoga pour renforcer l’attention portée au corps dans la pratique d’attention consciente. Si Jon Kabat-Zinn se base sur les pratiques bouddhistes, c’est en scientifique qu’il va mesurer les résultats et ses patients seront aussi des cobayes soumis à des tests psychométriques. Les résultats sont probants et mesurés scientifiquement. Aujourd’hui, ses études ont démontré les effets de cette pratique sur le psoriasis, la douleur, le fonctionnement du cerveau et l’anxiété.

Tout comme le sport, la méditation se pratique. Le plus souvent, quand les gens n’ont pas de résultat, c’est qu’ils ne méditent pas suffisamment. Et attention les mots sont importants : je parle ici de méditer et non pas « faire de la méditation ». Ce qui sous-entend que c’est comme respirer, voir, entendre. A un moment donné, cela peut simplement permettre d’aborder la vie, le quotidien, différemment.

Oui il y a la pratique formelle (s’asseoir et laisser filer les pensées obsédantes en se centrant sans relâche sur la respiration). Il y a aussi l’informelle, qui convient parfois mieux à ceux qui ne tiennent pas en place : se centrer sur ses pieds pendant la marche, sur les doigts qui tapent sur le clavier, sur le paysage et les environs, sur les expressions d’un collêgue pendant la conversation. Parfois je fais la vaisselle en méditant : se centrer sur le nettoyage, la température de l’eau, les odeurs de propre…

Selon Jon Kabat-Zinn lui-même, TOUT peut être prétexte à être plus présent au quotidien. En fait c’est tellement plus facile de placer cette attention à soi et à son environnement que de caser 20 mn de jogging par jour, que je me demande encore comment autant de gens peuvent encore dire qu’ils n’ont pas le temps de méditer !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s