Se relier, c’est l’essence même de la vie en société. Se relier à l’autre c’est une nécessité quotidienne à moins de vivre reclus ou sur une île déserte…

Tout part de soi. Quand il s’agit d’improviser sur scêne, au théâtre, l’écoute est indispensable. A l’intérieur de soi et à l’extérieur. En même temps. L’équilibre est subtil. Si je ne m’écoute pas, je ne saurai pas ce que je ressens, donc comment répondre. Si je n’écoute pas l’autre, je ne saurai pas quoi répondre ou comment réagir.

C’est la même chose au quotidien. Faute d’être « branché » à notre ressenti, nous risquons d’avoir des ratés dans la communication. Le corps va se tendre, les émotions vont venir perturber le message : colère, tristesse, honte, culpabilité. L’autre ne se sentira pas entendu, ou bien il sera difficile de se faire comprendre.

Trois points essentiels pour dépasser ces barrières

  1. Se connaître
    1. Valeurs essentielles
    2. Réactions et modes de fonctionnement
  2. Sortir des projections envers les autres
  3. Utiliser des moyens simples pour se souvenir de ces principes

Les valeurs : ensemble des valeurs morales personnelles que l’on souhaite appliquer au quotidien (boussole sur le chemin de vie).

Les réactions : congruence entre les valeurs affichées et le comportement.
Ex: si je me prétends pacifiste que et je cogne ou que j’insulte les personnes qui ne sont pas d’accord avec moi, j’ai un problème de congruence avec ma valeur. C’est le signe qu’il est temps de réévaluer si elle m’appartient vraiment.

Sortir des projections envers les autres
Dans le livre « Sortir de la boîte« , l’Institut Arbinger s’adresse plus spécialement à des managers, dans un langage clair et accessible à tous. Pour qu’une entreprise fonctionne cela demande deux éléments relationnels simples :

  • Considérer autrui comme une personne qui a des opinions, des besoins et des valeurs qui peuvent être différentes des siennes et pas comme un moyen ou un obstacle.
  • Suivre son impulsion quand il s’agit d’aider autrui en tenant compte du point précédent et de ses valeurs personnelles.

Ces deux principes évitent de catégoriser l’autre, de l’enfermer dans une boîte de préjugés. Simples sur le papier, ils demandent de la vigilance pour être appliqués correctement. Comment s’y prendre ?

Se souvenir de ses principes

Dans les années 1970-80, je dévorais la BD Rahan fils des âges farouches de Lécureux et Chéret. Cette série située pendant la préhistoire mettait en scène un voyageur, jeune et orphelin, qui allait de tribu en tribu pour découvrir le monde, transmettre des connaissances. Il devait souvent faire preuve d’ouverture face aux croyances et coutumes et essuyer l’hostilité de clans repliés sur leurs idées. Cette série jeunesse faisait notamment la promotion de valeurs portées par le personnage sour la forme d’un collier de 5 griffes (la générosité, le courage, la ténacité, la loyauté et la sagesse). Dans les moments difficiles, Rahan se référait à la valeur la plus importante pour lui quand il devait prendre des décisions.
À défaut d’un collier de griffes, il est possible de trouver un rappel simple, qui soit symbolique pour soi. Une bague, un élément de la tenue, un accessoire facile à transporter, peuvent devenir un moyen simple de rester centrer sur ce qui importe vraiment dans notre vie.

Trekker de longue date, j’ai choisi un pin Star Trek, discret pour qui ne sait pas ce que c’est, que je peux aussi garder dans la poche et qui reflète la plupart de mes valeurs fondamentales…

Et vous, que choisiriez vous ?

Crédit image Cyclus07 sur DeviantArt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s